Dans la vigne et au chai

En route vers la biodynamie

2012 bourgeon vigneNous n'allons pas vous faire un cours sur la biodynamie ici, ce serait trop long et d'autres l'ont fait avant nous et très bien ! Citons par exemple François Bouchet '50 ans de pratique et d'enseignement de l'agriculture bio-dynamique. Comment l'appliquer dans la vigne', ou Pierre Masson 'Guide pratique de la bio-dynamie', ou encore Maria Thun 'Bio-dynamie et rythmes cosmiques'.

Sachez quand même que les bases de la biodynamie ont été dictées par Rudulf Steiner, aussi fondateur de l'anthroposophie,  dans son cours aux agriculteurs en 1924.

Dans la pratique, ce qui distingue particulièrement les cultures biologiques et biodynamiques sont les 'préparations'. Les 2 préparations sont la bouse de corne aussi appelée 500 et la silice de corne (501).

La 500 s'adresse au sol : elle favorise l'activité microbienne du sol et la formation d'humus. La 501 s'adresse à la partie aérienne des plantes, régulant la vigueur végétale.

Il y a ensuite l'achillée millefeuille (502), la matricaire ou camomille (503), l'ortie (504), l'écorce de chêne (505), le pissenlit (506), la valériane (507). Ces préparations serviront à l'ensemencement des composts.

Ces techniques ont-elles une incidence sur la vigne et sur le goût des vins ?

Il est encore trop tôt pour avoir une réponse précise même si la vigne va bien merci ! En tant cas, nous nous réjouissons de ne plus utiliser que des produits naturels.

Pour ce qui est du goût des vins, nos amis qui ont une expérience plus ancienne que la nôtre, assurent que les vins acquièrent de la minéralité. Notre oenologue affirme trouver dans nos vins plus de pureté.